• - de la "fierté" ou du "bonheur" d'être Français

    - de la "fierté" d'être Français

     

    Suite aux événements parisiens dramatiques qui ont, à juste titre, émus des millions de personnes tant en France que dans le reste du monde on a entendu et lu dans nos médias nationaux les déclarations de citoyens anonymes ou même de personnalités connues affirmant « qu'ils étaient fiers d'être Français ».

     

    J'avoue ne pas partager ce sentiment ou, du moins, remettre en cause l'adjectif utilisé dans cette expression. En effet, pour moi, la fierté est un noble sentiment quand il est justifié par une action, un résultat ou un mérite personnel mais pas par un état dont on n'est en rien responsable. En ce qui me concerne je crois, par exemple, pouvoir affirmer sans forfanterie ma fierté d'avoir élevé trois enfants, d'avoir aidé plusieurs de mes clients à améliorer la performance de leur entreprise, d'avoir fait quelques bonnes photos ou écrit plusieurs poèmes et chansons acceptables.

     

    Pour ce qui est de ma nationalité je préfère déclarer « Je suis heureux d'être Français ».

    J'ai, en effet, eu la chance de naître dans un pays riche et évolué, de bénéficier d'une éducation résultant de nombreux siècles de recherche scientifique, de réflexion philosophique évoluée et de créations artistiques prestigieuses. Je m'en réjouis et je crois en avoir largement profité mais je n'y suis pour rien et je ne vois donc pas pourquoi j'en serais flatté.

     

    De plus j'éprouve toujours un sentiment de malaise devant celles et ceux qui, bombant le torse, mettent en avant leur fierté nationale, voire régionale. Il me semble qu'en dehors du fait d'être injustifié, comme je l'ai dit plus haut, ces « cocoricos » ou leurs équivalents ont souvent pour conséquence de mépriser ou d'exclure les pauvres individus qui ne peuvent prétendre à la même origine. L'aspect positif de la cohésion et de la solidarité qui est, il est vrai, attaché à ces prétentions géographiques ou ethniques est malheureusement compensé par le négatif de l'exclusion et de la xénophobie.

     

    Voilà pourquoi plutôt que d'être fier d'être Français j'en suis heureux et m'en réjouis chaque jour tout en adhérant totalement à ce que Georges Brassens a si bien exprimé dans sa chanson « La ballade des gens qui sont nés quelque part », Brassens qui, parlant de nos pays, villes et villages déclarait :

     

    « Ils n'ont qu'un seul point faible et c'est d'être habités.
    Et c'est d'être habités par des gens qui regardent
    Le reste avec mépris du haut de leurs remparts,
    La race des chauvins, des porteurs de cocardes,
    Les imbécil’s heureux qui sont nés quelque part »


  • Commentaires

    1
    Denis Udrea
    Samedi 7 Mars 2015 à 08:47
    Et bien voila une declaration absolument conforme a ce que je pense. Je suis heureux de voir que nous sommes au moins deux [j'espère que cest un minimum]

    Et fier de l'affirmer bien haut. Merci Pierre
    2
    Samedi 7 Mars 2015 à 11:07

    Heureux qu'on soit d'accord Denis.

    Amitié,



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :